Courses du 29 mars

  • Trail de La Tranche sur Mer - Nocturne 15 km et Diurne 13 km

Julien représente Nantes Triathlon :

"Première compétition de la saison, le trail de la Tranche sur Mer, très joli parcours entre forets, dunes, plages et ...beaucoup de sable. 400m de dénivelés cumulés selon les organisateurs et 250m selon ma montre (pour le trail 13km).

Seul Nantes Tri au départ, mauvaise météo mais 2 courses bien fun, chrono de 1h23'49 (143ème sur 349) pour le 15km nocturne et chrono de 1h09'51 (73ème sur 311) pour le 13km.

Pour ceux que ça intéresse l'année prochaine >> http://galopades-tranchaises.com"
 
Nocturne 15 km :
[1er homme Julien COUGNAUD en 00:59:18]
[1ère femme Marina ROUX en 01:16:05 - 53ème]
 
Diurne 13 km :
[1er homme Nicolas COUTANT en 00:52:12]
[1ère femme Marina ROUX en 01:08:38 - 62ème]
 
  • Course nature Entre Domaines et Etangs - 21,5 km diurne

Virginie et Tugdual représentent Nantes Triathlon sur la 4ème édition de la course nature Entre Domaines et Etangs, organisée par l'ESCO 44 Missillac Athlétisme. Résumé complet ci-dessous.

 

Compte-rendu de Virginie pour la Course nature de 21 km Entre Domaines et Etangs, également consultable sur http://runvirginie.blogspot.fr

 

L'épisode TVN (Trail du Vignoble Nantais) a très vite été rangé aux oubliettes et j'ai recommencé sérieusement le vélo. Une météo clémente et l'arrivée du soleil a ravivé la flamme de l'envie et m'a fait engranger un bon petit paquet de kilomètres. Quand la météo s'est déglinguée à nouveau, c'était trop tard, le virus m'avait repris. Je commence à avoir des semaines d'entraînement assez conséquentes et cette course nature sera placée sous le signe de ma sortie longue du week-end. Le jeudi je vois Yvonnick pour un peu de VMA longue et lui dis que je ne ferai sûrement pas d'étincelles, vu le programme qu'il m'a concocté.
Ce dossard n'étant pas un objectif, il me conseille alors de partir tout doucement et d'essayer d'accélérer à mi-parcours si je le sens. On fractionne, je me sens bien, vraiment bien, ça va être chouette de ne pas courir seule dimanche.

Ce matin-là c'est bruine, fort vent, froid et brioche qui nous attendent. À la base, ce semi c'est Tugdual qui voulait le faire parce qu'on n'avait pas pu faire celui d'Orvault. Sauf que là ce n'est plus une course sur route mais encore un trail. Personnellement je n'aime pas trop les trails parce qu'on ne peut pas caler d'allure métronome. Il faut faire avec les difficultés du parcours, ce qui force à casser le rythme et c'est ce qui fatigue le plus mon organisme.

250 participants au départ, je me retourne vers Tugdual : "bon ben je crois qu'on va vite se retrouver seuls au monde". Ce qu'il me confirme par un clin d'oeil. On se place tout derrière et c'est parti pour une balade bucolique dans Missillac. On discute un peu en courant, on s'extasie sur la beauté du parcours qui nous fait longer un étang, nous fait serpenter dans les bois. Nous sommes dans les derniers et c'est décontractés du string que nous gambadons de concert.

Au 6ème kilomètre se profile devant nous un beau ruban de bitume et je me sens dans une forme olympique. Envie flagrante de dérouler les jambes et de m'amuser. Je file à la même allure que sur les fractions du jeudi et mon souffle circule aisément pour une fois. Le vent de face ne me gêne pas, il faut juste que je tienne ma casquette pour qu'elle ne s'envole pas. C'est tellement grisant que j'en oublie les recommandations d'Yvonnick et prend tout le plaisir que je peux, me fiant aux sensations. Les kilomètres défilent au son des vibrations de ma montre, le parcours est plaisant et sans grosses difficultés. Je passe le 10ème kilomètre en 59 minutes. À ce train là la sortie va vite être bouclée mais je m'attends quand même à ce que le retour de bâton m'arrive en pleine face avant la fin.

Comme à l'habitude la seconde partie du parcours est bien plus technique et fatigante. Je commence à connaître l'esprit taquin des organisateurs de trail et m'y attendais. Nous traversons des champs spongieux, qui dégorgent de flotte. Nous grimpons quelques belles montées. Puis arrive un sous-bois vallonné, un peu casse-gueule. Par moment j'ai comme l'impression d'avaler les kilomètres, que mes pieds ne touchent plus le sol et surtout j'ai une folle envie de danser (ça va bien là-haut des fois). Nous longeons un étang sur une monotrace chahuteuse ; un pied un peu plus sur la gauche et c'est le plouf frigorifique assuré. Je remonte pas mal de monde depuis le 6ème et ça fait du bien au moral. Je me sens toujours en forme, pas de coup de mou, pas de baisse d'envie. Je cours tout du long, ne marche jamais et je me sens... oserais-je l'avouer ? Je me sens puissante (ça y est le mot est lâché). Moi + puissante dans la même phrase, ça fait quand même tout bizarre de l'écrire. Je double encore et encore, relance après les côtes et les passages délicats. Je double la dernière femme devant à 800 mètres de l'arrivée et termine vraiment satisfaite de cette sortie longue un peu bizarre.

J'attends avec impatience qu'arrive Tugdual mais me refroidis très vite sous cette bruine incessante. C'est dans la voiture que je patienterai. Dix minutes plus tard il arrive enfin, lui aussi très content de ce joli parcours et pressé de se mettre au chaud.
C'est lorsque Tugdual m'enverra les résultats le lendemain que j'aurai la surprise du siècle : un petit podium dans ma catégorie.

 

- Virginie GRALL / 198ème (15ème femme - 3ème de sa catégorie) / 02:12:05

- Tugdual GRALL / 225ème (86ème de sa catégorie) / 02:23:42

[1er homme Sébastien SAULEAU en 01:23:29]

[1ère femme Coraline ROUL en 01:44:18 - 52ème]

Plus de résultats   >> ici <<

Nous suivre

Contact

e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.